~~ Club de discussion pour les fans bordelais de visual kei ~~
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'histoire des 47 rōnin/samouraïs ou de la vendetta d'Akō

Aller en bas 
AuteurMessage
datenshi
Ready to rock!
avatar

Masculin
Nombre de messages : 53
Age : 28
Localisation : neko underground
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: L'histoire des 47 rōnin/samouraïs ou de la vendetta d'Akō   Dim 18 Jan - 21:06

L'histoire


Les sources étant parfois divergentes, la version donnée ici compile prudemment de nombreuses sources, et notamment le récit de témoins
oculaires sur différents épisodes de cette « saga ».

Prologue


En 1701, deux daimyō (seigneurs) sont appelés à la cour du Shōgun à Edo (l'actuelle Tokyo). Il s'agit de Kamei Korechika et d'Asano Naganori, le jeune daimyō du fief d' Akō dans la province de Harima (à l'ouest du Honshū). Ils sont chargés d'organiser la cérémonie d'accueil pour le cortège de l'empereur Higashiyama, attendu à la cour du Shōgun à l'occasion du Sankin kōtai, la réunion périodique des daimyō. Pour être instruits de l'étiquette très rigide de la cour, ils se présentent au maître des cérémonies Kira Kōzuke no Suke Yoshinaka, haut fonctionnaire dans le Shōgunat de Tokugawa Tsunayoshi.
Or Kira se montre particulièrement mal disposé à leur égard, probablement à cause de la modicité des présents qu'il reçoit en contrepartie de la formation qu'il leur a donnée alors que, selon l'usage, il attendait beaucoup plus. Selon certains témoins, Kira était un personnage assez cassant, d'autres le décrivent comme quelqu'un de corrompu. Comme Asano, très croyant et conformément à l'enseignement de Confucius, refuse d'entrer dans ce jeu de corruption, le maître de cour Kira devient plus arrogant, commence à se conduire de façon injurieuse à l'égard des deux daimyō et néglige totalement la formation qu'il est censé leur donner. Tandis qu'Asano supporte stoïquement les humiliations, son compagnon Kamei en est de plus en plus irrité et décide de tuer Kira, pour laver cet affront. C'est alors que les conseillers avisés de Kamei, inquiets de la tournure prise par les événements, soudoient en cachette et grassement Kira, ce qui évite un meurtre qui aurait été un désastre aussi bien pour leur prince que pour la Cour. De fait, Kira se montre maintenant tout miel envers Kamei, ce qui atténue le courroux de ce dernier. Kira reporte désormais sa hargne grossière contre Asano, qui n'a fait aucun geste dans le même sens. Il ne rate aucune occasion de le bafouer et finit par le traiter de cul-terreux. Pour le coup, Asano sort de ses gonds. Il bondit sur Kira une dague au poing, le blesse d'abord au visage, manquant son second coup qui éventre un coussin, avant que la garde accourue ne sépare les deux adversaires.


Matsu no Ōrōka, le couloir des pins, au château d'Edo, où Asano agressa Kira

Certes, la blessure de Kira était bénigne, mais oser attaquer un haut fonctionnaire du Shōgunat à Edo et dans l'enceinte du palais du Shōgun était en soi un acte gravissime - le simple fait d'y tirer une arme y était passible de la peine de mort. Selon d'autres sources, le crime d'Asano aurait plutôt été d'avoir endommagé dans l'action une célèbre porte coulissante dorée. C'est pourquoi Asano se voit contraint à exécuter sur le champ un seppuku (suicide rituel). Aussitôt après le suicide d'Asano, tous ses biens sont confisqués, le fief d'Akō revient au Shōgun et les samouraïs d'Asano se retrouvent rōnin, chevaliers sans seigneur. Quand l'information parvient au principal conseiller à la cour d'Asano, Ōishi Kuranosuke Yoshio, celui-ci prend les affaires en main, met la famille d'Asano en sécurité avant de remettre les clefs du château aux envoyés du gouvernement.

Le plan de vengeance des Rōnin



Deux des 47 Ronin: Horibe Yahei et son fils adoptif, Horibe Yasubei. Yasubei porte un ōtsuchi.


Parmi les quelque 300 personnes qui composaient la suite d'Asano, se trouvaient 47 chevaliers (50 à l'origine, selon certaines sources) qui ne pouvaient admettre la mort de leur seigneur sans qu'une vengeance en fût tirée, et notamment leur chef Ōishi Kuranosuke, et cela bien que la vendetta soit proscrite dans un tel cas. C'est en pleine connaissance de la lourde sanction qu'ils encourent qu'ils s'unissent dans un serment secret : ilsengeront la mort de leur maître en assassinant Kira. Mais ils savent pertinemment que Kira est bien gardé, sa maison fortifiée et qu'une attaque dans l'immédiat serait inéluctablement vouée à l'échec. Pour l'emporter, il fallait d'abord surmonter ce dispositif.
Pour rassurer Kira et les autres fonctionnaires du Shōgunat, ils se dispersent et se font passer pour des commerçants ou des moines. Ōishi lui-même s'établit à Kyōto, fréquentant assidûment tavernes et bordels, pour dissiper les suspicions de vengeance qu'on pouvait lui prêter. Le maître des cérémonies Kira reste cependant méfiant et fait espionner Ōishi ainsi que quelques autres hommes d'Asano. Il advint alors que, au cours d'une de ses tournées très arrosées, Ōishi complètement ivre s'effondre dans la rue, et s'endorme tout
bonnement là, sous les rires et quolibets des passants. Un homme de Satsuma, qui passait par là, ne put admettre un comportement aussi lamentable d'un samouraï, déjà incapable de venger son maître. Non seulement il insulta, mais encore il frappa Ōishi au visage et lui cracha dessus. Or c'était une grande offense ne serait-ce que d'effleurer le visage d'un samouraï, sans parler de lui « casser la figure ».
Peu de temps après, Ōishi se rendit auprès de son épouse, qui lui était fidèle depuis 20 ans, et divorça d'elle afin qu'il ne lui soit fait aucun tort si les partisans de Kira voulaient se venger. Il la renvoya chez ses parents avec leurs deux plus jeunes enfants. Il laissa cependant à l'aîné le choix entre rester pour se battre ou partir. Chikara choisit de rester avec son père. Ōishi vira alors à une complète débauche, à l'opposé des valeurs du samouraï. Pilier des tavernes, habitué des maisons de geisha (en particulier Ichiriki Ochaya), il multipliait les obscénités en public. Ses hommes lui payèrent même une concubine, soi-disant pour le calmer un peu, mais ce qu'ils voulaient calmer était surtout la vigilance des espions de Kira...
Car tous ces faits sont bien entendu rapportés à Kira, assoupissant peu à peu sa méfiance. En effet, il paraît désormais clair que le ban d'Asano n'est qu'un ramassis de samouraïs de pacotille, qui n'ont même pas le courage de venger leur maître. Puisqu'ils paraissent décidément inoffensifs, une année et demie s'étant écoulée, il peut relâcher la surveillance. Désormais, les anciens vassaux d'Asano se rassemblent à Edo et obtiennent sous leur couverture d'artisans ou de commerçants leurs entrées dans la maison Kira. Ils se familiarisent ainsi avec les lieux et les usages du personnel. L'un de ces hommes (Kinemon Kanehide Okano) va même jusqu'à épouser la fille de l'architecte afin de se procurer les plans du système de défense très élaboré. D'autres se procurent des armes et les introduisent dans Edo, dans la plus stricte illégalité, mais en intelligence avec Ōishi.


L'assaut

En décembre 1702, Ōishi Kuranosuke est enfin persuadé que la situation est mûre et que la garde de Kira est suffisamment relâchée. Subrepticement, il quitte Kyōto pour se rendre à Edo où sa petite troupe s'est rassemblée dans un lieu secret et a renouvelé le serment de la conjuration.
L'assaut contre la maison de Kira Yoshinaka est lancé à l'aube du 14 décembre, dans la neige et la tourmente. Le plan est minutieusement étudié : les assaillants vont se diviser en deux groupes, armés d'épées et de grands arcs. Tandis que le premier, sous la conduite d' Ōishi attaquera la porte principale, le second, commandé par son propre fils Chikara prendra la maison à revers. Un bruyant coup de gong donnera à tous le signal pour l'assaut et un coup de sifflet leur signalera que Kira est mort. Aussitôt, on lui coupera la tête pour aller la porter en offrande sur la tombe du seigneur Asano. Ensuite, ils se rendront et attendront la sanction inéluctable : la mort. Tout cela est décidé au cours d'un dernier repas pris en commun, où Ōishi et ses hommes font serment de ne faire aucun tort aux femmes, enfants et autres personnes sans défense. Le code du bushido n'impose pas de respecter les civils, mais ne l'interdit pas non plus.


L'attaque - Chushingura, Acte 11, scène 2 (estampe de Hokusai)


Ōishi ordonne à quatre hommes d'escalader la clôture pour surprendre les portiers, les neutraliser et les ligoter. Ensuite, il fait informer tout le voisinage qu'il ne s'agit pas de cambrioleurs, mais de chevaliers qui veulent venger la mort de leur seigneur, et qu'il n'arrivera rien à quiconque, hormis Kira. Les voisins, qui détestaient eux aussi Kira, se tiennent tranquilles. Il place alors des archers en couverture (certains prennent position sur le toit) pour s'assurer que ceux qui dorment encore ne puissent s'échapper et aller chercher de l'aide. Tout est prêt. L'assaut débute sur un violent coup de gong à l'avant de la maison. Dix hommes de Kira y sont affectés, mais l'escouade d'Ōishi Chikara les prend à revers. Kira, terrifié, s'enfuit avec sa femme et ses servantes, dans un réduit au fond de la véranda, tandis que le reste de ses hommes, qui dormaient dans des baraquements à l'extérieur, tente désespérément d'entrer dans la maison pour le délivrer. N'y parvenant pas, ils tentent d'envoyer quelques uns d'entre eux chercher du secours, mais les archers veillent et abattent tous ces messagers. Au terme d'un combat furieux, le dernier homme de Kira est enfin maîtrisé. Seize de ses hommes ont été tués, vingt-deux ont été blessés, parmi lesquels le petit-fils de Kira, mais pas la moindre trace de ce dernier. Ils fouillent fébrilement la maison, ne trouvant que des enfants ou des femmes en pleurs. Ils commencent à désespérer lorsque Ōishi s'aperçoit que le lit de Kira est encore chaud : il ne peut être bien loin...

La mort de Kira


Au terme d'une nouvelle fouille minutieuse, ils découvrent soudain, caché par une grande tapisserie, un passage vers une cour intérieure. Quand ils y parviennent, ils se heurtent encore à deux hommes de Kira qu'ils tuent au combat. Dans cette cour intérieure se trouve un appentis servant à entreposer du bois et du charbon. En le visitant, ils tombent sur un homme qui s'y cachait et bondit sur eux un poignard à la main, mais ils le désarment sans peine. Bien que le prisonnier refuse de donner son nom, les assaillants sont persuadés qu'il s'agit bien de Kira et ils sifflent la fin de la partie. Les Rōnin se rassemblent et, à la lueur d'une lanterne, Ōishi identifie Kira. D'ailleurs, la cicatrice qu'il garde à la tête depuis le coup porté par Asano lève les derniers doutes. Ōishi, en hommage au rang de Kira, s'agenouille alors devant lui, lui expliquant qui ils sont, et leur exigence de tirer vengeance pour la mort de leur prince. On lui offre néanmoins de mourir honorablement en samouraï en exécutant un seppuku. Ōishi propose même son assistance et présente à Kira la dague même qui avait servi à Asano pour se donner la mort. Insensible à ces marques de déférence, Kira demeure là, muet et tremblant de peur. Le groupe se rend alors compte qu'il est vain d'attendre davantage de sa part. Ōishi charge un rōnin de faire agenouiller Kira et il le décapite avec la dague. Ils éteignent alors tous les feux et lumières de la maison (pour éviter tout risque d'incendie, qui aurait pu s'étendre au voisinage). Emportant la tête de Kira, ils quittent les lieux. En chemin, Ōishi envoie le plus jeune Rōnin, l'ashigaru Terasaka Kichiemon porter la nouvelle à Akō afin que tout le monde sache que la vengeance était enfin accomplie. (Bien que cette version faisant de Kichiemon le messager est la plus communément admise, certains ont prétendu qu'il se serait enfui avant ou après la bataille, ou qu'il aurait reçu l'ordre de partir avant le rassemblement des Rōnin.)


Dernière édition par datenshi le Dim 18 Jan - 21:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/datenshi_l
datenshi
Ready to rock!
avatar

Masculin
Nombre de messages : 53
Age : 28
Localisation : neko underground
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: L'histoire des 47 rōnin/samouraïs ou de la vendetta d'Akō   Dim 18 Jan - 21:07

Les suites



Le retour des Rōnin - Acte 11, Scène 5 Chushingura

Dans le courant de la journée, les rōnin s'empressent d'apporter la tête de Kira sur le tombeau de leur maître, au temple Sengaku-ji, ce qui fait sensation dans les rues. Le récit des événements a vite fait le tour de la ville, et on rapporte que c'est un chœur de louanges qui accompagnait le cortège, certains les invitant même dans une auberge pour leur offrir à boire. En se retrouvant au temple, les 46 rōnin restants lavent et purifient la tête de Kira et la placent à côté de la dague fatale sur la tombe d'Asano. Après s'être recueillis en prière, ils font don à l'abbé de tout l'argent qui leur restait, en lui recommandant de leur faire des funérailles dignes et de veiller à ce qu'on dise des prières en leur mémoire.
L'heure de la reddition a sonné. On les divise en quatre groupes, sous la garde de quatre Daimyō différents. Arrivent alors au temple deux amis de Kira, qui viennent chercher sa tête pour l'enterrer. De nos jours, le temple possède encore le reçu signé à cette occasion par l'abbé et les deux amis. Les autorités du Shōgunat se trouvent fort embarrassées. D'un côté certes les samouraïs s'étaient bien conformés aux usages guerriers du Bushidō, qui leur imposait de venger la mort de leur maître, mais d'un autre côté, ils avaient violé l'interdiction des vendettas édictée par le Shōgun à Edo. Comme prévu, ils sont condamnés à mort, mais le Shōgun leur accorde la mort honorable par seppuku, plutôt que de les faire exécuter comme de vulgaires criminels. Tous vont se plier au rite pour finir en guerriers. C'est le Genroku 15, le 19ème jour du 12ème mois (元禄十五年十二月十九日, Genroku 15, le 19ème jour du 12ème mois Dimanche, 4 février, 1703).que les 46 rōnin s'appliquent la sentence (elle concerne 46 sur les 47 qui avaient participé à l'action, ce qui induit encore en erreur, car du coup on parle parfois à tort des „46 rōnin”). Conformément à leurs dernières volontés, les condamnés sont enterrés au temple Sengaku-ji, sur une seule rangée face à la tombe de leur seigneur. Quant au 47ème rōnin, revenu plus tard de sa mission à Akō, il sera grâcié par le Shōgun (en raison, dit-on, de son jeune âge), vivra jusqu'à 78 ans et sera finalement enterré aux côtés de ses camarades. Les tenues et les armes que portaient les rōnin se trouvent encore aujourd'hui au Temple, ainsi que le tambour ( Ōtsuchi) et le sifflet. La majeure partie de l'armement était de leur propre fabrication, car ils voulaient éviter d'éveiller la curiosité en achetant ces articles militaires à un forgeron. Les tombes des rōnin deviennent tout de suite un lieu public où les gens s'assemblaient pour prier. Parmi ceux-ci, on retrouve cet homme de Satsuma qui avait bafoué Ōishi, alors que celui-ci gisait ivre mort dans le caniveau. Désormais, il s'en repent amèrement, demande pardon d'avoir cru que Ōishi n'était pas un vrai samouraï, puis, inconsolable, se suicide. On lui accorde finalement d'être enterré à côté des 47 rōnin.


La réhabilitation

Même si l'on considère ces événements comme une action purement dictée par le sens de l'honneur et la loyauté, il faut aussi admettre qu'ils ont eu des effets très concrets sur la restauration du clan Asano. La mort du seigneur avait privé d'emploi des centaines de samouraïs, et il leur était en général impossible de trouver une autre place, issus qu'ils étaient d'une maison déshonorée. Beaucoup avaient alors dû se reconvertir en ouvriers agricoles ou journaliers. L'affaire des 47 Rōnin ayant réhabilité le nom, beaucoup des samouraïs au chômage retrouvèrent en peu de temps un emploi très honorable. Asano Daigaku Nagahiro, frère cadet de Takuminokami et son héritier, fut rétabli par le Shōgunat Tokugawa dans ses titres, même s'il ne retrouvait qu'un dixième de l'ancien domaine.


Controverses

Bushidō ou vengeance ?
Certains pensent que les 47 rōnin ont bien appliqué le code du bushidō lors de cet événement mais d'autres, comme Yamamoto Tsunetomo, auteur de l'Hagakure, pensent qu'en laissant passer plusieurs mois avant de venger leur maitre, les 47 rōnin ont pris le risque de laisser ce crime impuni dans le seul but d'être certains de tuer Kira, ce qui aurait été peu probable s'ils avaient réagi immédiatement. En effet, Kira s'était préparé à l'attaque. Les détracteurs de cette légende pensent donc qu'il s'agit d'une bonne histoire de revanche mais pas d'une histoire de bushidō. Ōishi Kuranosuke, le chef des rōnin, souhaitait absolument la mort de Kira, alors que selon le code du bushidō, la mort de l'agresseur compte peu. Il faut avant tout montrer son courage et sa détermination par une réaction forte et immédiate sans accorder d'importance à la victoire ou la défaite. En laissant passer du temps avant de se venger, Oishi a pris le risque de déshonorer le nom de son clan (si, par exemple, Kira était mort accidentellement entre-temps), ce qui est la pire chose qu'un samouraï puisse faire.


Dernière édition par datenshi le Dim 18 Jan - 21:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/datenshi_l
datenshi
Ready to rock!
avatar

Masculin
Nombre de messages : 53
Age : 28
Localisation : neko underground
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: L'histoire des 47 rōnin/samouraïs ou de la vendetta d'Akō   Dim 18 Jan - 21:07

la construction de la légende



Statue du chef des 47 Rōnin, Ōishi Kuranosuke, sur sa tombe au Sengaku-ji, Tōkyō

Le drame des Quarante-sept Rōnin devient l'un des thèmes favoris de l'art japonais, et connaîtra plus tard un certain succès artistique même en Occident. Aussitôt après les faits, les milieux cultivés au Japon ont des sentiments assez mitigés sur le bien-fondé de la vengeance. La plupart admettent que, parce qu'ils ont exécuté les dernières volontés de leur seigneur, les Quarante-sept ont fait ce qu'ils devaient faire, mais sans trancher sur la légitimité de mener cette vengeance à son terme. Avec le temps, néanmoins, l'histoire devient un symbole non de bushido (comme on vient de le voir) mais de loyauté envers son maître, et plus tard de loyauté envers l'empereur. Ainsi, l'adéquation de l'aventure avec les valeurs morales de la société japonaise transforme très vite l'équipée en épopée, puis en légende.

source:wikipedia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/datenshi_l
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'histoire des 47 rōnin/samouraïs ou de la vendetta d'Akō   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'histoire des 47 rōnin/samouraïs ou de la vendetta d'Akō
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» l'histoire de la slide hawaïenne
» [Jeu] Histoire à choix de réponse (prise 2)
» [Vidéo] Emission "Toute une histoire"- Tokio Hotel (19.12.08)
» l'histoire des Dobro et National
» Pourquoi l'histoire et la déco de PiB ne collent pas...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Roses Grace Project :: Parlons un peu Japon! :: Tradition :: Histoire Du Japon-
Sauter vers: